Sitting In My Hotel

Publié le par Dimitri Dequidt

If my friends could see me now, driving round just like a film star,
In a chauffeur driven jam jar, they would laugh.
They would all be saying that it's not really me,
They would all be asking who I'm trying to be.
If my friends could see me now,
Looking out my hotel window,
Dressed in satin strides and two-tone daisy roots,
If my friends could see me now I know they would smile.

Sitting in my hotel, hiding from the dramas of this great big world,
Seven stories high, looking at the world go by-y.
Sitting in my hotel room, thinking about the countryside and sunny days in June.
Trying to hide the gloom, sitting in my hotel room.

If my friends could see me now, dressing up in my bow-tie,
Prancing round the room like some outrageous poof,
They would tell me that I'm just being used
They would ask me what I'm trying to prove.
They would see me in my hotel,
Watching late shows till the morning,
Writing songs for old time vaudeville revues.
All my friends would ask me what it's all leading to.

Sitting in my hotel, looking through the window at the people in the street,
Seven stories high looking at the world go by,
Sitting in my hotel, looking at the world outside.

If my friends could see me now they would try to understand me,
They would ask me what on earth I'm trying to prove.
All my friends would ask me what it's all leading to.

Si mes amis pouvaient me voir maintenant,
Dans une voiture avec chauffeur dans un embouteillage*, ils riraient
Ils seraient tous à dire que ce n’est pas vraiment moi.
Ils seraient tous à demander qui j’essaie de devenir.
Si mes amis pouvaient me voir maintenant,
Guettant par la fenêtre de mon hôtel,
Habillé d’un pantalon de satin et de daisy roots à deux tons,
Si mes amis me voyaient maintenant je sais qu’ils souriraient.

Assis dans mon hôtel, me cachant des drames de ce monde immense,
Du haut de sept étages, regardant le monde défiler.
Assis dans mon hôtel, à penser à la campagne et aux beaux jours de Juin.
Essayant de cacher la mélancolie, assis dans ma chambre d’hôtel.

Si mes amis me voyaient maintenant, paré de mon nœud papillon,
A me pavaner à travers la pièce comme quelque outrageux inverti,
Ils me diraient que je suis juste fatigué
Ils me demanderaient ce que j’essaie de prouver.
Ils me verraient dans mon hôtel,
A regarder des show nocturnes jusqu’au matin,
A écrire des chansons pour les revues Vaudeville du temps passé,
Tous mes amis me demanderaient à quoi tout cela mène.

Assis dans mon hôtel, regardant à travers la fenêtre et les gens dans la rue,
Du haut de sept étages, regarder le monde défiler,
Assis dans mon hôtel, regardant le monde extérieur.

Si mes amis me voyaient maintenant, ils essaieraient de me comprendre,
Ils me demanderaient ce que diable j’essaie de prouver.
Tous mes amis me demanderaient à quoi tout cela mène.

*jeu de mots intraduisible construit sur le mot jam ( traduit par embouteillage et confiture selon la circonstance ) et jar ( pot ) pour donner ici une sorte de pot de confiture routier, ce qui ne marche qu’en anglais ( et s’il n’y a pas d’autre sens à l’expression jam jar qui m’ait échappé)

Commenter cet article