People Take Pictures Of Each Other

Publié le par Dimitri Dequidt

People take pictures of the Summer,
Just in case someone thought they had missed it,
And to proved that it really existed.
Fathers take pictures of the mothers,
And the sisters take pictures of brothers,
Just to show that they love one another.

You can't picture love that you took from me,
When we were young and the world was free.
Pictures of things as they used to be,
Don't show me no more, please.

People take pictures of each other,
Just to prove that they really existed,
Just to prove that they really existed.
People take pictures of each other,
And the moment to last them for ever,
Of the time when they mattered to someone.

People take pictures of the Summer,
Just in case someone thought they had missed it,
Just to proved that it really existed.
People take pictures of each other,
And the moment to last them for ever,
Of the time when they mattered to someone.
Picture of me when I was just three,
Sucking my thumb by the old oak tree.
Oh how I love things as they used to be,
Don't show me no more, please.

Les gens prennent des photos les uns des autres,
Juste au cas où quelqu’un pensait les avoir manqués
Et pour prouver qu’ils ont vraiment existé.
Les père prennent des photos des mères,
Et les sœurs prennent des photos des frères,
Juste pour prouver qu’ils s’aiment les uns les autres.

Tu ne peux pas prendre en photo l’amour que tu m’as pris,
Quand nous étions jeunes et que le monde était libre.
Des photos des choses telles qu’elles étaient alors,
Ne m’en montrez plus, SVP.

Les gens prennent des photos les uns des autres,
Juste pour prouver qu’ils ont vraiment existé,
Juste pour prouver qu’ils ont vraiment existé,
Les gens prennent des photos les uns des autres,
Et le moment leur survit pour toujours,
Du temps où ils importaient à quelqu’un.

Les gens prennent des photos de l’été,
Juste au cas où quelqu’un pensait l’avoir manqué,
Juste pour prouver qu’il a vraiment existé.
Les gens prennent des photos les uns des autres,
Et le moment leur survit pour toujours,
Du temps où ils importaient à quelqu’un.
Une photo de moi quand je n’avais que trois ans,
Suçant mon pouce sous le grand chêne,
Oh comme j’aime les choses telles qu’elles étaient,
Ne m’en montrez plus, SVP.

Commenter cet article